LES BRÈVES DE FÉVRIER

Les dernières infos de la Shenov

Février 2021

Le saviez-vous ?

La Rue du Général Leclerc fut baptisée ainsi à la libération suite à une suggestion du Capitaine Constant Debouté. En 1920, lorsque la municipalité décida définitivement des noms de rues et places, elle avait conservé le nom d’usage de Rue de Nantes. Mais en 1890, au moment où l’on pose les becs de gaz, certains la nomment Rue du Foulage.

Y avait-il dans cette rue un artisan qui pratiquait le foulonnage ? Une opération qui pouvait être mécanique, mais aussi manuelle. Le foulonnage peut être utilisé pour dégraisser une étoffe : on utilise alors de l’argile et l’on foule avec les pieds. C’est en quelque sorte l’ancêtre du teinturier-dégraisseur.

Une telle activité aurait-elle donné au XIXe siècle, ou avant, l’appellation de Rue du Foulage ?

 

La pacification de la Vendée

En 1897, le Docteur Lucien Dodin, maire de Challans, commande la maquette d’une statue au sculpteur Emile Gaucher, dont l’atelier est à Nantes. Cette maquette ne sera réalisée qu’en août 1902. Elle doit représenter « la Pacification de la Vendée », matérialisée par le Général Lazare Hoche et le Général Charette, fraternisant. Lucien Dodin la destine à la Place des Marronniers, mais cette idée ne dépassera pas le stade de l’ébauche et la sculpture ne verra jamais le jour.

Emile Gaucher, né à Blois, avait déjà réalisé une statue de Charette, seul, pour la commune de Couffé, en Loire Atlantique. En 1907, il est touché par une encéphalite incurable. Il quitte alors Nantes pour venir se reposer à Challans, où il décède le 21 mai 1909. Il a alors cinquante ans.

 

Le rallye de l’Honneur

Annulé en 2020 pour cause de confinement, il reviendra (si la situation est favorable) en avril prochain. Initié par la Société des Membres de la Légion d’Honneur, il est destiné aux jeunes de 17 à 22 ans. Cette opération a pour but d’établir des liens entre l’engagement d’hier et d’aujourd’hui, en favorisant les rencontres entre générations. La Shenov, contactée par les organisateurs, avait décidé de mettre en avant deux personnages connus pour leur engagement : le Docteur Colette Le Bret et le Capitaine Constant Debouté. Leur histoire sera présentée aux équipes de lycéens, de clubs, de centres de formation qui se seront constituées.

 

L’école Victor Hugo 

L’école publique des garçons était au XIXe partie prenante de l’Hôtel de Ville, situé à cette époque rue de Nantes. Cette annexe, vétuste et de dimension modeste, doit être remplacée par une nouvelle école, construite sur les terrains cédés par les propriétaires de la Coursaudière. Le nouveau plan du quartier est réalisé en 1887. A la municipalité, les deux camps s’opposent sur la nécessité de construire cette nouvelle école. Le Docteur Riou, qui conduit les affaires de la ville, n’arrivant pas à obtenir l’aval du conseil, bloque alors le permis de construire de la nouvelle église ! Pas de nouvelle  école de la République, pas de nouvelle église !

 

Bibliothèque

1887 est aussi l’année de la création de la Bibliothèque populaire. Elle aussi occupe une pièce de la Mairie de la Rue de Nantes. Elle compte 140 lecteurs et 600 ouvrages. Des dons alimentent le fond. La Comtesse Agenor de Casparin, elle-même autrice, lègue les livres de son mari, qui écrivait sur l’Histoire. La bibliothèque fonde à ce moment-là un musée artistique ! Et pour l’alimenter, elle fait appel à tous les artistes de la ville !

 

Concours d’écriture

Trois visites sur le site de Coudrie ont rassemblées plus de soixante personnes. Toutes ne sont pas candidates à écrire sur la période Templière de la Commanderie, mais ont montré leur intérêt pour cette période lointaine, choisie par l’Association Parler les Lieux. Sous l’éclairage de Michel Sansier, d’Alain Grégoire, de Gérard Bénéteau et d’Erick Croizé,  la chapelle et ses environs ont révélé une partie de leurs secrets. Après les deux tomes signés Yann Massonneau et Michel Gruet, qui font référence, la Commanderie apparaîtra donc sous un jour inhabituel grâce à l’imagination des autrices et auteurs.

 

Chaque mois, rendez-vous sur :

www.shenov.fr                “ L’actualité du passé!”