1946: le déminage de Challans

L’actualité historique

Le déminage de Challans

Dans le compte-rendu du conseil municipal du 28 avril 1946, entre des délibérations sur « l’assistance aux vieillards, » « l’aménagement d’un égout, » ou « l’achat éventuel d’un terrain pour construction d’un abattoir à proximité de la gare… » on découvre aussi un paragraphe « déminage de terrains. »
Là, en cinq lignes, nous avons un éclairage sur ce que les Challandais ont entre autres risqué durant la guerre 1939-1945 : « Le Maire donne lecture à l’assemblée d’une lettre de M. le Délégué Départemental au déminage – en date du 16 avril 1946 – faisant connaître que les terrains suspects de la Commune ont été vérifiés et que les bombes ont été enlevées. Quand à la pièce d’eau de M. Abel Leveillé, la nature des projectiles ne semblent pas imposer leur extraction. »

La propriété d’Abel Leveillé se trouvait aux Marzelles. Quant aux bombes, la ville n’a pas été bombardée, mais des explosifs avaient été stockés sous l’occupation au niveau du champ de courses des Noues. Enfin, la gare a subit de gros dégâts lors du départ de l’occupant, du fait d’un commando allemand arrivé de La Roche. « À Challans, ils ont fait sauter les aiguillages, » écrit l’abbé Grelier dans son journal, le 25 août 1944. Il était également prévu de détruire « un train avec sa locomotive : d’après des personnes compétentes, là, l’explosion aurait fait sauter une partie de la ville. Ils voulaient également faire sauter le grand réservoir d’eau de la gare. Mais le colonel (Allemand) – bienveillant pour la population – est arrivé à temps pour s’y opposer. » Pour le reste, « La violence des explosions de la voie ferrée a été telle que des morceaux de fer ont volé jusqu’au Champ de foire… »

dlb

*  –  * – *

Chaque mois, rendez-vous sur
www.shenov.fr

L’actualité du passé